Malgré un ancrage dans les communautés afro-américaines et LGBTQIA+, les musiques électroniques semblent aujourd’hui encore dominées par les artistes blancs et européens. Un panel composé d’artistes, universitaire et acteurs des cultures électroniques réfléchira donc à comment délimiter l’appropriation culturelle dans la musique alors que la musique elle-même se nourrit de détournements et d’hybridation, et surtout comment faire en sorte que les artistes d’aujourd’hui ne tombent pas dans le piège de l’appropriation culturelle.

Jeudi 23 septembre à La Gaîté Lyrique
Grande Salle – Niveau R2